XIV ieme siècle

XV ieme siècle

XVI ieme siècle

XVII ieme siècle

XVIII ieme siècle

XIX ieme siècle

XX ieme siècle

Outils




Expositions temporaires











Revue de presse

 

Publié le 03/12/2013 à 06h00
Par Éric Latouche

Les « argilités » d’une Béarnaise

Une exposition temporaire est consacrée à Gaëlle Guingant-Convert, au musée de la poterie.



Gaëlle Guingant-Convert devant deux de ses œuvres grand format intitulées « Jeu de citations ». (Photo E. L.)

Le musée de la poterie dédie son espace contemporain à une exposition dénommée « Argilité », proposée par Gaëlle Guingant-Convert, jusqu’au 15 février. Vendredi dernier, le vernissage s’est déroulé en présence de l’artiste venue de Salies-de-Béarn.


« Je suis très heureuse de me retrouver ici, en qualité d’invitée, pour ce qui constitue l’une de mes premières expositions en solo », confie Gaëlle Guingant-Convert. L’essence même de son travail est fondée sur la répétition d’un geste, qui, au fil d’un certain processus lié à une démarche intellectuelle, devient composition, puis architecture et enfin structure.


Inspirées de la nature


Le credo de Gaëlle Guingant-Convert ? « Copier, répéter, décortiquer, démonter, puis prendre la liberté de refaire différemment, quitte à réinventer. »


La céramiste béarnaise d’adoption de 42 ans utilise plusieurs techniques dans son atelier, notamment celles du modelage au colombin et du tournage, travaillant différentes argiles telles que le grès d’Orriule où le grès noir. Au final, des pièces brutes ou émaillées, cuites à 1280°C en atmosphère neutre. Une quinzaine de ses œuvres trônent au musée, dont deux au format XXL, intitulées « Jeu de citations ».


« J’avais envie de me frotter au grand format, car j’aime explorer d’autres voies », indique Gaëlle Guingant-Convert. Libre au public d’interpréter ses productions inspirées de la nature, en fonction de son ressenti. Dans son discours, Alain Stival soulignait « la délicatesse de l’artiste » tandis que Jean-François Bourlard, de l’Association des gens et amis de la poterie, insistait « sur le travail remarquable » de l’artiste. Si Gaëlle Guingant-Convert est timide, au point de ne pas vouloir prendre la parole en public, en aparté, elle devient intarissable sur son art avec ce sourire qui ne la quitte jamais.


Éric Latouche

© www.sudouest.fr 2013