XIV ieme siècle

XV ieme siècle

XVI ieme siècle

XVII ieme siècle

XVIII ieme siècle

XIX ieme siècle

XX ieme siècle

Outils




Expositions temporaires











Revue de presse

 

Publié le 07/11/2012 à 06h00
Par CHRISTIAN BOISSON

 

Une cuisine peu ordinaire

Jean-François Bourlard, potier, a reçu le prix L'œuvre, remis par la fondation Ateliers arts de France pour sa cuisine raku équipée, réalisée grandeur nature, avec personnages.

Jean-François Bourlard dans sa « cuisine », à Paris. (PHOTO DR)

L'an dernier, la fondation Ateliers arts de France avait lancé un appel à projet pour la réalisation d'une œuvre qui ait un rapport avec les métiers d'art, toutes tendances confondues. Ce projet devait avoir un caractère innovant. Après avoir planché sur les cent projets proposés, la fondation a finalement retenu celui de Jean-François Bourlard, le potier bien connu des Sadiracais. Celui-ci proposait de réaliser une cuisine grandeur nature, de 12 m2, avec murs, plafond et tout ce qui constitue une cuisine à l'intérieur, à savoir évier, buffet, table, chaises, four, étagères et ustensiles de cuisine. Le tout en argile cuite, bien évidemment. De plus, Jean-François Bourlard se proposait de réaliser à l'intérieur trois personnages, grandeur nature également, autour de la table. Enfin, le potier prévoyait une décoration à base de tableaux, de guirlandes et... de jambons pendus (en poterie, of course !).

Projet entièrement financé

Ce projet n'était pas une mince affaire mais il trottait déjà dans la tête du potier depuis quelques années. « Je n'aurais imaginé pouvoir réaliser mon projet dans d'aussi bonnes conditions, reconnaît Jean-François Bourlard. J'ai réalisé un rêve qui de plus ne m'a rien coûté. » Effectivement, pour cette œuvre, la fondation a financé la somme de 55 000 euros versés en trois fois. C'est fin janvier, que le potier a appris qu'il était l'heureux lauréat et qu'il n'avait plus qu'à retrousser ses manches. « J'ai dû m'organiser très vite, raconte le potier. J'ai fait d'entrée des essais de matières et de couleurs, notamment sur les briques et les meubles et j'ai commencé à réaliser des ustensiles. »

Plusieurs intervenants

Pour mener son projet à bien, Jean-François Bourlard s'est entouré d'artistes qualifiés dans des domaines particuliers. Un sculpteur bordelais, Jean-Louis Ricaud, pour les personnages, un verrier en Bourgogne, Pascal Lemoine pour des conseils et la réalisation de pièces en commun et un potier de l'Yonne, Jean-Marie Foubert, accompagnant toujours les projets d'artistes. « Jusqu'à mi-juin, raconte Jean-François Bourlard, j'ai avancé sur les personnages avec Jean-Louis et j'ai réalisé des petites pièces telles casseroles, poêles, bouteilles, etc. Ensuite, j'ai attaqué les grosses pièces avec Jean-Marie Foubert : four, étagères, table mais aussi la cuisson de 400 briques pour les murs de la cuisine. » Jean-François Bourlard est ensuite monté à Paris, fin septembre pour assembler tous les éléments de sa cuisine dans l'enceinte de l'hôpital de La Pitié Salpêtrière. « Durant une semaine, j'ai construit ma cuisine avec toutes les pièces, livrées par camion du lieu de leur réalisation, raconte le potier. L'exposition ne durait que quatre jours. »

Faire de la formation

Le 28 septembre, lors du vernissage, la fondation Ateliers arts de France a remis son prix au potier sadiracais, en présence de nombreux artistes venus de toute la France. Sa cuisine sera exposée dans le futur dans plusieurs villes. Avec ce prix et cette reconnaissance, Jean-François Bourlard reconnaît avoir acquis une certaine notoriété. « J'aimerais maintenant faire de la formation en stages sur toute la France, confie-t-il. »

 

© www.sudouest.fr 2012