XIV ieme siècle

XV ieme siècle

XVI ieme siècle

XVII ieme siècle

XVIII ieme siècle

XIX ieme siècle

XX ieme siècle

Outils




Expositions temporaires











Revue de presse

 


Des œuvres de terre

Toute cette semaine, une potière berbère initie quelques stagiaires aux techniques algériennes de la céramique.


Yamna Mostefaoui est venue d'Algérie pour ce stage. (PHOTO C. B.)

Dans le cadre du festival céramique Chemins de terre et en marge de la Fête de la poterie qui se déroulera durant tout le week-end (voir encadré), l'Association des gens et amis de la poterie (Agap) a organisé cinq jours de stage d'initiation au savoir-faire berbère. Suite à un problème de visa, une seule potière, sur les deux prévues initialement, a pu faire le voyage depuis l'Algérie. Yamna Mostefaoui exerce à Sidi Semiane (wilaya de Tipasa). C'est la première fois qu'elle vient en France. Ne parlant pas un seul mot de français, c'est Abdelnacer Bourdouze, chercheur au Centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique (CNRPAH) d'Alger, qui se fait son interprète auprès des stagiaires. M. Bourdouze est venu d'Alger pour donner, notamment samedi, dans le cadre de la fête, une conférence sur l'habitat traditionnel en terre, de Kabylie. « Notre centre fait tout ce qu'il peut pour relancer le travail de poterie en Algérie, dit-il. On m'a délégué pour venir échanger ici, à Sadirac, les techniques de travail propres à l'Algérie et à La France. »
Une potière berbère

Yamna Mostefaoui a été choisie par l'Agap pour son intervention l'an dernier, lors d'une manifestation internationale à Tlemcen sur le thème où elle a montré toute l'étendue de son savoir-faire. « Je suis venue ici pour montrer aux Français ce que je fais en Algérie, dit-elle. Durant ce stage, je vais expliquer aux participantes comment fabriquer un akoufi, silo en terre crue qui sert chez nous à stocker des graines et des fruits secs. » Les participants à ce stage sont au nombre de cinq. Ce sont essentiellement des femmes. Chacune d'entre elles, expérimentées ou non, est venue chercher une initiation venue d'ailleurs, histoire de découvrir d'autres techniques pour façonner la terre.


Des stagiaires motivées

Jocelyne Cazenave est adhérente de l'Agap depuis une dizaine d'années et ne rate jamais un stage qui puisse lui apporter une expérience supplémentaire. « Je suis passionnée de raku, raconte-t-elle. Je fais toutes mes cuissons chez moi. L'an dernier, je m'étais inscrite au stage de bronze à la cire perdue et je suis revenue cette année pour apprendre d'autres techniques. » Martine Dupont est tout aussi passionnée. « Je connais bien la poterie, confie-t-elle. J'ai repris dernièrement après une trêve de cinq ans et ça me plaît toujours autant. »

Paul-Antoine Faizant est membre d'une association algérienne qui milite pour la culture, la formation et la solidarité. Il vit en Algérie et a tenu à être du voyage.
 
Par CHRISTIAN BOISSON
Logo Sud-Ouest
© www.sudouest.fr 2012