XIV ieme siècle

XV ieme siècle

XVI ieme siècle

XVII ieme siècle

XVIII ieme siècle

XIX ieme siècle

XX ieme siècle

Outils




Expositions temporaires











Revue de presse

 


Le potier rêve en 3D

Un potier de la commune vient d'obtenir le premier prix d'Ateliers d'art de France.


Jean-François Bourlard va tester pour sa cuisine la cuisson d'une brique «suspendue». (PHOTO C. B.)

Jean-François Bourlard est un homme heureux. Ce potier sadiracais avait à cœur de réaliser une œuvre en 3D, dans laquelle on pourrait évoluer, mais il n'avait ni la place ni les moyens financiers pour espérer concrétiser un jour son rêve.

Répondant sans grande illusion à un appel à projet de la fondation Ateliers d'art de France, pour un prix intitulé « L'œuvre », il s'est risqué à soumettre son projet de cuisine entièrement aménagée et habitée par des personnages grandeur nature, sur un budget de 55 000 euros (il ne fallait pas dépasser 60 000 euros). Il a décroché la timbale. « Je n'y croyais pas, avoue le potier radieux. C'est la première année que ce prix est attribué et il n'y a qu'un seul élu. J'étais loin de penser que la fondation choisirait mon projet. C'est formidable car je vais réaliser un rêve que je croyais inaccessible. 

Jean-François Bourlard a neuf mois pour réaliser son œuvre. Travaillant beaucoup sur le thème de la table en tant que lieu de convivialité amicale et familiale, le potier va construire pour Ateliers d'art de France une cuisine de 12 m2 avec murs, toit, meubles, évier, four, ustensiles et trois personnages grandeur nature attablés devant leur assiette remplie de reliefs de repas.

Trois lieux de construction

Tout l'ensemble sera réalisé en terre cuite et pourra être démonté pour voyager sur différentes expositions. Pour effectuer ce long travail artistique, Jean-François Bourlard va travailler en trois lieux différents. « En ce qui concerne la cuisine proprement dite, dit-il, je vais la réaliser chez un tuilier situé dans l'Yonne. Pour ce qui est des trois personnages, deux adultes et un enfant, je vais les modeler avec Jean-Louis Ricaud, un sculpteur bordelais et je ferai toutes les petites pièces, comme les assiettes, les couverts, les ustensiles et les bibelots dans mon atelier à Sadirac. »

C'est la fondation Ateliers d'art de France qui se chargera de récupérer tous les éléments sur les lieux de construction, pour les rapatrier en caisses à Paris. Il ne restera plus à Jean-François Bourlard qu'à assembler la cuisine sur le lieu que choisira la fondation.

À part le budget de cette création, entièrement financée par Ateliers d'art de France (55 000 €), le potier sadiracais n'aura pour récompense que la joie et certainement la fierté de voir son œuvre exposée, non seulement en France mais sûrement aussi en Europe. Il appartient à la fondation de choisir les villes d'exposition.

Une construction originale

Cette construction aura bien sûr la « patte » de Jean-François Bourlard qui sait déjà comment manifester son originalité. « Pour les murs de la cuisine, dit-il, je vais recuire toutes les briques en les suspendant afin de ne faire fondre que la base, pour obtenir des matières fondues en partie. Ces parties fondues seront tournées vers l'intérieur de la pièce. La brique, côté extérieur, sera plus dure et matiérée de blanc. »

Pour les personnages, le potier veut jouer avec la matière, recouvrant les plus âgés de plusieurs couches et l'enfant d'un peu moins. « Le public pénètrera dans un monde de matières et de couleurs, conclut le potier. Je veux qu'on ait l'impression d'être dans un monde de matières mouvant.

Dimanche 12 février 2012
Par CHRISTIAN BOISSON


 www.sudouest.fr 2012